Technique des Enluminures

 

Introduction

L’Enluminure ayant parcouru les siècles et les continents, de nombreuses techniques existent mais les principes de base restent les mêmes.

Je ne  vous révélerai ici que quelques étapes de l’Enluminure , vous aurez diverses occasions de me rencontrer et de poser des questions s’il vous en sied lors d’expositions, d’ateliers ou autres endroits ou je voyage, vous pourrez me suivre dans l’agenda.

 

 Le parchemin et son support

Nous partirons ici de parchemin acheté et non de la préparation de la peau d’un animal venant d’être tué, métier à part entière qui peut être mis en à côté, nul n’est obligé de tuer un animal pour peindre une Enluminure. Une Enluminure est toujours réalisée sur parchemin animal. Le parchemin est mouillé puis soit tendu sur une planche à l’aide d’agrafes ou de clous comme au moyen-âge soit collé sur un carton antiacide technique contemporaine. La différence entre ces deux techniques se voit surtout lors de l’encadrement. L’Enluminure achevée, si elle était agrafée, on la retire de son support elle est donc libre d’attache et peut « vivre » selon le temps, l’humidité atmosphérique et alors gondoler plus ou moins fort. Si par contre elle est collée sur un carton antiacide, elle restera lisse et ne bougera pas, intéressant dans le cas de motifs très précis par exemple. Mais dans un cas comme dans l’autre c’est une histoire de goût et d’idéologie.

 

La préparation du parchemin

Le parchemin fixé, il faut maintenant le préparer à recevoir la peinture, il doit être poncé à l’aide d’un mélange de ponce soie. Après ce 1er ponçage, on peut lui assurer un 2ème ponçage cette fois à l’aide d’un papier abrasif, surtout utile si l’on à l’intention de calligraphier sur le parchemin. S’ensuit un petit nettoyage du parchemin puis certains, posent une couche de préparation blanchâtre sur la surface pour boucher les porcs du parchemin avant d’y appliquer la peinture. D’autres passent directement à l’étape suivante qui est celle du transfert du dessin.

 

Transfert du dessin

Après avoir choisie l’Enluminure que vous désirez réaliser, 2 possibilités s’offrent à vous.

  •     1. Vous redessinez le dessin de l’Enluminure déconseillé pour les débutants, mais pourquoi pas par la suite.
  •     2. Le dessin redessiné ou le dessin d’origine va être décalqué et transféré sur le parchemin, jamais directement dessiné afin d’éviter de salir son parchemin

Le dessin est posé sur le parchemin

Selon les époques à nouveau différentes possibilités s’offrent à vous

  •   1. Vous repassez les traits au crayon
  •   2. Vous repassez les traits à l’encre à l’aide d’un pote-plumes et d’une plume à dessin

–         Le choix de l’encre : soit une encre de chine, soit une encre médiévale que l’on aura préparée préalablement.

On peut maintenant poser une couleur blanche translucide sur tout le support mais là aussi tout dépend de l’Enluminure que l’on réalisera, de son époque, de son sujet…

 

La pose de l’or

Diverses manières de poser l’or existent selon les époques mais aussi selon les effets que l’on désire obtenir.

 

Différentes colles existent

  •   Assiette à dorer : préparation de différents ingrédients ; blanc de Meudon, blanc de plomb, bol d’Arménie pour la pose de l’assiette, seule façon de poser l’or qui permet ensuit de faire briller ce dernier
  •  Colle d’ail dit mordant au jus d’ail
  •  Colle de gomme ammoniaque
  •  Or à la coquille, on peut écrire avec cet or là !
  •  Colles modernes : mixtion à dorer et colle PVA

Selon les colles utilisées, on obtient  différents effets : lisse, très brillant, froissé…

 

La pose de couleur

De l’époque médiévale à nos jours la pose des couleurs a subi de nombreux changements, d’affinements de modifications.

Suivant l’effet que l’on désire reproduire, la transparence, l’opacité, un trait de contour, la consistance de la couleur sera différente, si les pigments viennent d’être mélangés à la détrempe et que la couleur n’a pas eu le temps de sécher ou si au contraire elle est très sèche elle sera travaillé différemment.

Une fois la consistance obtenue, il faut aussi penser à la manière de poser la couleur. Selon que l’on travaille un visage du 15ème siècle, un vêtement du 10ème siècle, le mur d’une abbaye, un ours blanc… on posera la peinture en flaque, en traits secs, avec le pinceau à peine mouillé…

C’est un vrai régal de découvrir à fur et à mesure du temps et de la pratique tous ces trésors de réalisation.

 

Dernières touches

Les couleurs posées il restera les dernières lumières à placer au bon endroit, les petites touches de décoration et pour finir la signature puis l’encadrement et oui peut-être souriez-vous mais selon l’encadrement que vous poserez autour de votre Enluminure, vous lui donnerez un visage totalement différent.

 

Signature

Contrairement à l’Icône, l’Enluminure peut se voir affubler d’une signature sur la face peinte et non au dos de celle-ci comme dans le cas d’une Icône.