Technique des Icônes

Introduction

L’Icône a traversé des siècles et enflammé des nations entières, c’est pour éviter sa destruction et calmer  la population qu’un concile eu lieu travaillant sur la définition de l’Icônes, les techniques, couleurs… qui pouvaient être utilisées, pratiquées…pour répondre au nom d’Icône. Ces canons rédigés notamment lors du concile de Nicée  sont encore d’actualité de nos jours.

Je ne  vous révélerai ici que quelques étapes de l’Icône , vous aurez diverses occasions de me rencontrer et de poser des questions s’il vous en sied lors d’expositions, de salons, d’ateliers ou autres endroits ou je voyage qui sont notés dans l’agenda.

 

 Le support et sa préparation

On part ici d’une planche de bois sur laquelle on colle un tissu de coton ou de lin. Quand le tissu est sec, nous appliquons une dizaine de couche de levka (mélange de blanc d’Espagne et de colle de poisson) sur le tissu. Il faut chauffer le levka pour le poser sur le tissu. Après chaque couche, il faut attendre le séchage et poncer avant d’appliquer la couche suivante. La dernière couche doit être poncée très finement et avoir l’aspect et la douceur de la peau d’un nouveau-né.

 

Transfert du dessin

Après avoir choisie l’Icône que l’on désire réaliser, 2 possibilités pour le transfert du dessin.

  •     1.  On redessine le dessin de l’Icône, déconseillé pour les débutants, mais pourquoi pas par la suite.
  •     2.  Le dessin redessiné ou le dessin d’origine va être décalqué et transféré sur la planche, jamais directement dessiné sur le support afin d’éviter de salir la planche d’Icône.

Le dessin est posé sur la planche.

  •   1.  on repasse les traits au crayon
  •  2. on redessine maintenant le dessin au pinceau et à la détrempe à l’œuf

On peut maintenant poser une colle pour recevoir l’or.

 

La pose de l’or

Diverses manières de poser l’or existent selon les iconographes mais aussi selon les effets que l’on désire obtenir.

 

Différentes colles existent

  •  Assiette à dorer : préparation de différents ingrédients ; blanc de Meudon, blanc de plomb, bol d’Arménie pour la pose de l’assiette, seule façon de poser l’or qui permet ensuite de faire briller ce dernier avec une pierre d’Agate.
    •  Sur l’Assiette à dorer, on peut graver des motifs.
  •  Colle de gomme ammoniaque
  •  Or à la coquille, on peut écrire et dessiner avec cet or là !
  • Colles modernes : mixtion à dorer et colle PVA

Selon les colles utilisées, on obtient  différents effets : lisse, très brillant, froissé…

 

La pose de couleur

La plupart du temps la couleur utilisée est une détrempe à l’œuf. Des couleurs sous forme de pigments sont mélangés à de l’œuf et à un conservateur naturel afin de garder la préparation quelques jours. La palette doit toutefois être nettoyée après chaque usage

Suivant l’effet que l’on désire reproduire, la transparence, l’opacité, un trait de contour, la consistance de la couleur sera différente.

Une fois la consistance obtenue, il faut aussi penser à la manière de poser la couleur. Selon que l’on travaille un visage, un vêtement, le mur d’une abbaye…on posera la peinture en flaque, en traits secs, avec le pinceau à peine mouillé, en glacis…

L’art de la détrempe est une technique très riche qu’il faut du temps pour maîtriser et qui offre une découverte et un plaisir immense.

 

Dernières touches

Les couleurs posées il restera les dernières lumières à placer aux bons endroits. L’Icône se suffit à elle-même et n’a donc pas besoin d’encadrement.

 

Signature

Une signature peut être apposée au dos de l’Icône, jamais devant le sujet principal n’étant pas l’iconographe mais le sujet représenté sur l’Icône

 

Petit plus

La technique de la détrempe à l’œuf peut être utilisée pour d’autres sujets que l’Icône dans ce cas, elle recevra une signature. Les sujets de la peinture peuvent être multiples et divers puisque l’œuvre n’est plus dans ce cas une Icône mais une peinture à la tempéra.